Des sœurs ennemies ?

Référence : David Foenkinos, Deux sœurs, éditions Gallimard, collection Blanche, 173 pages, février 2019

    

Cette fois David Foenkinos nous entraîne en balade à travers un thriller psychologique plein de suspense et de tension. Mais bien sûr, si cette histoire dérangante ménage le suspens, ce n'est pas "que ça". Ces ingrédients sont surtout prétexe à réflexion sur des relations qui semblent aller de soi, comme ici entre deux sœurs, mais qui portent en elles beaucoup de ressentiments, beaucoup de jalousies nées bien souvent dès l'enfance. Cette situation, la relation entre les deux sœurs va susciter une réflexion sur l'ambivalence entre mensonge et vérité, entre espoirs et regrets.
Un roman plutôt sombre au ton enlevé avec la pointe d'humour nécessaire à une légèreté maîtrisée.

            

Au départ, un grand chagrin d’amour qu'éprouve Mathilde depuis sa rupture avec Etienne, l’homme de sa vie. Lors de leurs dernières vacances en Croatie, ils avaient même parlé mariage. En cinq ans, elle pensait pourtant l’avoir consolé du départ d’Iris. Mais catastrophe, Iris est revenue en France et voilà, c'était reparti, c'était son mec à elle, c'est sa femme à lui, ça crevait les yeux et Mathilde se sentait impuissante face à cette évidence. 
.
.
Elle a compris qu'elle pouvait aller traîner sa vie ailleurs, avec son chagrin par dessus. Cefut sa sœur qu'elle choisit et ce ne fut pas vraiment sa meilleure idée.
Elle étaient si éloignées, elles vivaient dans des réalités si différentes... mais Agathe voyait Mathilde sa cadette, dans un tel mal-être qu'elle en fut émue et se résolut à l'accueillir dans son petit appartement où elle vivait heureuse avec son mari Frédéric et Lilli, leur tout jeune enfant.

À nouvelle situation, nouvelles relations. De liens différents se tissent dans cette famille destabilisée par l'arrivée de Mathilde. Et ce d'autant plus que Mathilde révèle une personnalité plus sombre dont on soupçonne guère l'évolution possible.

 

Voilà, le reste, c'est comme le doigt dans l'engrenage, pas moyen de s'en sortir ou alors pas s'ans y laisser des plumes. Le tout fort bien construit, enveloppé dans le style chatoyant tout en étant direct qui fait la griffe de l'auteur.

     

Mes articles sur David Foenkinos
* Les souvenirs -- La délicatesse -- Charlotte -- Deux sœurs --
* Le mystère Henri Pick -- Vers la beauté --

<< Christian Broussas – Foenkinos Deux sœurs, 23/09/2019 - © • cjb • © >>