L'historien Emmanuel Le Roy Ladurie

 <<<<<<<<<<<<<<< La famille Le Roy Ladurie >>>>>>>>>>>>>>>
<<<<<<<<<< Emmanuel Le Roy Ladurie de la Normandie à Montpellier >>>>>>>>>

Professeur d'histoire de la civilisation moderne au Collège de France, Administrateur général de la Bibliothèque nationale,
membre de l'Institut.

La famille Le Roy Ladurie est une très ancienne famille aristocratique installée depuis la Révolution françaiseà Verneuil dans l'Eure. Cette famille, Emmanuel Le Roy Ladurie en a senti l'impact dès ses jeunes années, une famille dans la grande tradition française. Son grand-père d'abord, nationaliste intransigeant, le commandant Barthélémy-Emmanuel Le Roy Ladurie va défrayer la chronique en 1902 pour avoir refusé le 15 août de participer à la fermeture des écoles des congrégations catholiques à Douarnenez. Il sera destitué par un conseil de guerre réuni à Nantes le 20 septembre 1902 et finalement réintégré en 1914 pour cause de guerre mondiale. Son petit-fils devenu historien retracera l'épopée de cet officier à la forte personnalité. [1]

     Son père       Son grand-père

Grande famille catholique donc, ancrée dans ses certitudes, le commandant et sa femme Jeanne auront sept enfants dont Gabriel et Jacques, le père d'Emmanuel. Le premier, Gabriel Le Roy Ladurie, au caractère bien trempé, fut un homme d'affaires et un homme d'influence, impliqué dans la Collaboration avec le clan Darlan. Jacques Le Roy Ladurie, le père d'Emmanuel, syndicaliste agricole de la vallée de l'Orne, militant et théoricien du catholicisme social français connaîtra un parcours sinueux pendant l'Occupation, 'ministre de l'agriculture et du ravitaillement de Vichy, il rejoindra finalement la Résistance et obtiendra un non-lieu de la commission d'instruction de la Haute Cour de justice après une courte incarcération à la Libération. [2] Sa mère, Léontine Dauger, était issue d’un milieu catholique et royaliste.

Le poids de cette famille et de ses convictions joueront un rôle important chez cet enfant prénommé Emmanuel qui naît le 19 juillet 1929 dans un petit bourg du Calvados Le Moutiers-en-Cinglais. Le jeune homme ne se sentira pas vraiment en phase avec cette famille , d'abord attiré par l'espoir que suscitait alors le communisme puis rejoignant au début des années soixante, le PSU (Parti Socialiste Unifié) de Michel Rocard. [3] L'historien, celui qui disait avec une pointe d'ironie, qu'il était "un rat de bibliothèque", prendra ensuite du recul sur l'événement et écrira : "L'historien est comme un mineur de fond. Il va chercher les données au fond du sol et les ramène à la surface pour qu'un autre spécialiste -économiste, climatologiste, sociologue- les exploite." [4] [5]

               

Après des études au collège Sainte-Marie puis au collège Saint-Joseph de Caen, un cursus d'étudiant en histoire à Paris, il enseigne l'histoire à l'université de Montpellier. Il va y mettre en pratique sa vision de l'histoire dans son étude du monde paysan dans la région -"Les paysans du Languedoc", éditions Sevpen, 1966- puis sur l'évolution des conditions socio-économiques dans "L'argent, l'amour et la mort en pays d'Oc" (éditions Le Seuil, 1980). Il retracera également l'itinéraire de la famille Platter entre la Suisse et Montpellier dans trois ouvrages, l'histoire de son élévation au cours du XVIè siècle, "ce lointain miroir, écrira-t-il dans l'épigraphe, de la Renaissance et de la Réforme, de la mobilité sociale et de l'Europe ancienne."

Son oeuvre la plus connue reste Montaillou, village occitan de 1294 à 1324 publié en 1975 dans lequel l'auteur s'appuie sur les registres d'inquisition de Jacques Fournier pour retracer la vie des habitants de ce village de la Haute-Ariège dominé par le catharisme, un livre marqué par l'émergence de l'anthropologie historique.

Il écrira aussi à propos des textes de références qui sont la substance des études historiques et de la matérialité de son travail : « L'historien est bien obligé d'avoir recours à l'écrit, mais l'écrit est trompeur. Il ne reflète pas la réalité. » Ce regard réaliste sur les limites de son action ne l'empêchera pas d'être un pionnier dans l'intégration de l'ethnologie à l'histoire et dans la naissance de l'anthropologie historique. [6]


Bibliographie :

  • Histoire de la France : Histoire de la France rurale ---- Histoire de la France urbaine, t. III, 1981 ---- L'État royal, 1987 --- L'Ancien Régime, de Louis XIII à Louis XV, 1610-1770, Paris, Hachette, 1991 ---- Histoire de la France des Régions, 2001 ---- Histoire des paysans français, De la peste noire à la Révolution, 2002 ----Saint-Simon, le système de la Cour, 1997.
  • Histoire locale : Les Paysans de Languedoc, 1966 ---- - Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, 1975 ---- L'Argent, l'Amour et la Mort en Pays d'Oc, 1980 ---- Le Carnaval de Romans, 1579-1580, 1980
  • Autres domaines d'investigation : Histoire du Climat depuis l'An Mil, 1967, 2e éd. 1983 ---- Le Territoire de l'historien, 2 vol. 1973 et 1978 ---- Paris-Montpellier PC-PSU, 1945-1963, 1982 ----- Parmi les Historiens, 1983, 1993 (2 volumes) ---- La Sorcière de Jasmin, 1983 ---- L'Historien, le chiffre et le texte, 1997.
  • Les Platter : Le Siècle des Platter (1499-1628), Le mendiant et le professeur, 1995 ---- Le voyage de Thomas Platter, 2000 ---- L'Europe de Thomas Platter, Fayard, 2006

Distinctions honorifiques :

  • Président du Conseil scientifique de la Bibliothèque Nationale de France  --  Commandeur de la Légion d'Honneur et de l'ordre des Arts et Lettres  --  Membre de l'Institut (Académie des Sciences morales et politiques)  --  Honorary Member of the Academy of Japan (2006)
  • Docteur Honoris Causa des Universités de Genève (1978), de Michigan (1981), Leeds (1982), Leicester (1986), York (1986), Carnegie Mellon at Pittsburgh (1987), Durham (1987), Hull (1990), Dublin (1992) Albany, Montréal (1993), Haïfa (1993), Oxford (1993), Pennsylvania (1995)  --  Foreign honorary member de l'Académie des Sciences américaines (1974).

Références

[1] Voir Emmanuel Le Roy Ladurie, "L'affaire Le Roy Ladurie, 1902", in Les grands procès politiques, éditions du Rocher, 2002
[2] Son fils reprendra une partie de ses Mémoires pour les publier : "Mémoires, 1902-1945", texte établi et présenté par Emmanuel Le Roy Ladurie, éditions Flammarion, 1997
[3] Voir sur ce sujet son ouvrage "Ouverture, société, pouvoir : de l’Édit de Nantes à la chute du communisme", écrit avec Guillaume Bourgeois, éditions Fayard, 2004
[4] Voir ses importants travaux sur l'évolution du climat : "L'histoire du climat depuis l'an Mil", Flammarion, 1967, nouvelle édition corrigée et augmentée en 1983. Il a aussi publié : "Histoire humaine et comparée du climat III" - Le réchauffement de 1860 à nos jours avec Guillaume Séchet, Fayard, 2009 ainsi que "Les fluctuations du climat de l'an mil à aujourd'hui" avec Daniel Rousseau et Anouchka Vasak, Fayard, 2011.
[5] Il est l'un des créateurs de la phénologie historique : étude de l'apparition d'événements périodiques dans le monde vivant, déterminée par les variations saisonnières du climat et appliquée à l'histoire.
[6] Voir les références de ces ouvrages dans la bibliographie

   <<<< Christian Broussas- Feyzin, 27 mars 2012 - << © • cjb • © >>>>