Référence : Hubert Védrine, Et après ?, éditions fayard, 144 pages, juin 2020

Sur le covid-19 : « Ce n'est pas une crise ce que nous vivons : ça se reproduira. »

Dans cet essai intitulé "Et après", Hubert Védrine s'interroge sur les grandes questions qui vont se poser lors de "l’après-pandémie mondiale". Et sur le plan de la géopolitique en particulier, Hubert Védrine sait de quoi il parle puisqu'il a passé quatorze ans auprès de François Mitterrand à l’Élysée et cinq ans à la tête du Quai d’Orsay sous le ministère de Lionel Jospin. Il a aussi publié des ouvrages comme Le Monde au défi en 2017 et Comptes à rebours en 2019.

            

Tout événement fort implique des changements qui impactent la société. La France, l'Europe n'étaient plus du tout les mêmes en 1918 qu'en 1914 et on pourrait dire la même chose à propos de la seconde guerre mondiale. Hubert Védrine dans cet essai se pose le même genre de question à propos de la pandémie déclenchée par la covid et ses conséquences.

              
Avec son fils Laurent                                 Avec son épouse

La question centrale est de savoir si elle va largement impacter la société française ou si on va pouvoir "revenir comme avant", comme si elle n'avait pas existé, revenir comme disent certains, « à une situation normale. » Ce qui est sûr nous dit-il, « c'est que rien ne sera exactement comme avant. »
Cette question peut ainsi être formulée : « Parviendrons-nous à éviter l’effondrement économique mondial sans sacrifier l’urgence vitale de l’écologisation ?  »

              
Avec Vladimir Poutine                              Avec François Mitterrand

Ce fameux état protecteur que semblait condamner la mondialisation a fait un retour en force à la faveur de la pandémie et ce besoin n'a jamais été aussi fort mais il ne pourra trouver une certaine satisfaction qu'à la condition que les économies parviennent à se relever de la secousse systémique qu'elles ont reçue de cette pandémie.

                     

Pour Hubert Védrine, il n'y a pas de temps à perdre pour tirer les leçons de cette crise et décider des politiques à mettre en place pour éviter dans l'avenir une telle situation. Pour ça, les décideurs disposent sans doute de deux années, temps assez court qui implique « d'agir rapidement mais sans précipitation » pour éviter toute reprise bâclée et faire comme si rien ne s'était passé. 

                        
Devant la statue de Mitterrand à Prague         Avec Pascal Boniface

« Avec la crise du Covid-19, nous vivons le premier événement vraiment mondial. »

Petit retour en arrière
La pandémie semble avoir surpris tout le monde or des signes avant-coureurs ont bel et bien existé et mis en lumière par un certain nombre de chercheurs qui n'ont pas été entendus.

Par exemple en 2008, le Livre blanc français sur la défense et la sécurité nationale estimait que, « dans l’ordre des menaces, le risque sanitaire lié à une pandémie venait juste après les attentats terroristes et les attaques informatiques. » Il évoque comme plausible une « pandémie massive à forte létalité  […] une crise pouvant remettre en cause le fonctionnement normal de la vie nationale et des institutions ». On retrouve une telle mise en garde dans le Livre blanc de 2013.

           
Avec François Hollande                            Avec Mazarine Pingeot Jarnac 2011

Cette même année 2008, un rapport de la CIA est encore plus précis... et alarmant : « L’émergence d’une maladie respiratoire humaine hautement transmissible et pour laquelle il n’y aurait pas de contre-mesure adéquate pourrait déclencher une pandémie mondiale […]. Elle apparaîtra sûrement dans une zone densément peuplée, où les animaux et les hommes vivent à proximité les uns des autres, comme en Chine ou en Asie du Sud-Est... »

             
Avec Pierre Moscovici                                           Hubert Védrine à l'Elysée

Bill Gates, qui n'est pourtant pas un professionnel de la santé, avait averti que « si quelque chose tue plus de 10 millions de personnes dans les prochaines décennies, ce sera plus probablement un virus hautement contagieux qu’une guerre. Et l’humanité n’est pas préparée à y faire face ».

Nul n'est plus aveugle que celui qui ne veut voir... Ne dit-on pas que "gouverner, c'est prévoir" ?

Voir aussi ma fiche :
Document utilisé pour la rédaction de l’article
*
Hubert Védrine et François Mitterrand --


---------------------------------------------------------------------------
<< Christian Broussas, Et après ? ** 14/02/2022 © • cjb • © >>
---------------------------------------------------------------------------