Référence : Philippe Sands, La filière, Amour, mensonge et justice dans la fuite d’un nazi, traduction Astrid von Busekist, éditions Albin Michel, 496 pages, 2020

« Il est plus important de comprendre le bourreau que la victime. » Javier Cercas (page 9)

            Otto von Wächter

Après la publication de  « Retour à Lemberg », Philippe Sands [1] publie « La Filière », histoire du parcours de l'autrichien Otto von Wächter, haut dignitaire nazi, très actif dans la mise ne place de la « solution finale »  qui repose sur une documentation et une enquête particulièrement fouillée. Fugitif à la fin de la guerre, il sera toujours persuadé d’avoir eu raison et d’être innocent.
En tout cas, sa fuite lui évite d’être traduit devant le tribunal de Nuremberg.

  La famille von Wächter en 1948

Apparemment, les von Wächter sont un couple assez banale, sans histoires. Sur une photo prise à Salzbourg en 1948, on voit Otto, Charlotte et les enfants devant une maison de bois. Charlotte est aux anges : « Une période magnifique et harmonieuse. Mon Otto a pu passer Noël avec nous en secret » écrira-t-elle.

Depuis la fin de la guerre et la planque d’Otto dans les montagnes autrichiennes, ils se sont très peu rencontrés. Il faut dire que les accusations à son encontre sont terribles : au moins un demi million de juifs disparus pendant qu’il était gouverneur de Galicie [2] entre janvier 1942 et juillet 1944.
Et depuis, recherché par plusieurs pays, il se planque.
On lui reproche d’avoir supervisé l'extermination des Juifs en Galicie, poussé  par sa femme Charlotte, véritable complice, qui nourrit une ambition aussi haute que la sienne. 

         
Charlotte von Wächter et ses enfants

Il réussit ensuite à gagner le Vatican qui abrite une importante filière d'exfiltration des nazis vers l'Amérique du Sud. Lui va simplement vivre à Rome sans être inquiété jusqu'à sa mort mystérieuse à la fin de l'été 1949.

Au-delà de cet improbable périple, Philippe Sands se pose la question de savoir comment Otto et Charlotte, ce couple  a priori intelligent et cultivé, peuvent se livrer à de telles atrocités, en venir à de telles extrémités. Elle aime se rendre à Salzbourg et à Bayreuth, il adore la musique classique, mais apparemment ça ne suffit pas, être civilisé n’est pas forcément un rempart contre la barbarie…

         
                                                         Philippe Sands et Javier Cercas
Pour tenter de mieux cerner leur personnalité, Philippe Sands a  compulsé quelque 10.000 pages de correspondance échangée entre les époux Wätcher entre 1939 et 1949, aimablement confiée par Host, l'un de leurs fils, traumatisé par le passé de ses parents.

Le livre prend aussi un air de polar avec ce couple jeté dans le tourbillon de la guerre, des crimes en série liés à la guerre, à la répression ou à la liquidation délibérée de populations, les règlements de comptes dans cette Galicie située à la lisière de plusieurs pays. Et pour couronner le tout, Otto le nazi responsable de milliers de morts et Charlotte, nazie et voleuse d'œuvres d'art, sans oublierla fuite et la traque d'Otto, la présence d'un espion et d'un prélat communiste...

        

Notes et références
[1]  Juriste spécialisé dans la défense des droits de l'homme et avocat devant les tribunaux et cours pénales internationales, Philippe Sands a publié « Retour à Lemberg » en 2017.
[2]
District de la Pologne annexée par le IIIe Reich. Actuellement, elle est répartie entre la Pologne pour sa partie ouest autour de Cracovie et l’Ukraine actuelle
pour sa partie est autour de Lviv en ukrainien (appelée aussi Lvov en polonais ou Lemberg en allemand).

Voir également sur la Seconde guerre mondiale
* Éric Branca, Les entretiens oubliés d'Hitler et Rosella Postorino La goûteuse d'Hitler --
* Dorothy Thomson, J'ai vu Hitler -- M. Onfray, Le canari du nazi --
* La bibliothécaire d'Auschwitz -- JM Dreyfus, De Hitler à Adenauer --
* Stephen Bourque, Au-delà des plages -- De Wagner à Hitler --

-----------------------------------------------------------------------
<< Ch. Broussas, Sands La filière 06/12/2020 © • cjb • © >>
-----------------------------------------------------------------------