Référence : Amin Maalouf, Nos frères inattendus, 336 pages, septembre 2020

« Lorsque tout le monde s’agglutine autour d’une même opinion, je m’enfuis : la vérité est sûrement ailleurs. » Amin Maalouf, Léon l’Africain

         
Maalouf en académicien                  Avec sa femme Andrée

Ses derniers ouvrages, aissi bien Les Identités meurtrières, Le Dérèglement du monde que Le naufrage des civilisations donnent une idée de son désenchantement : « J'avais des rêves dans ma jeunesse, confie-t-il dans une interview, des rêves pour mon pays natal, le Liban, pour l'Europe, d'universalisme aussi, et tout cela s'est écroulé»

               

Il module cependant son pessimisme en tant qu'écrivain qui a une toute autre mission :  « Si un écrivain doit être lucide, il n'a pas le droit pour autant de propager le désespoir, c'est contraire à sa mission. Dans l'un de mes romans, un personnage dit : Même quand on ne voit pas la lumière au bout du tunnel, il faut penser qu'on la verra à un moment donné. »

« Amin Maalouf ressuscite le miracle grec » titrait L'Express à propos de ce livre qui imagine ici un monde menacé par un cataclysme nucléaire et sauvé par des "rescapés d'Athènes".

                   

Amin Maalouf prend ici pour prétexte un sujet classique de la science-fiction quand une société plus en avance se décide à envoyer des émissaires sur la terre, dont on peut douter des bonnes intentions. Des vaisseaux spatiaux pourraient-ils venir envahir notre planète.
Mais on peut aussi se demander si ces extra-terrestres n'avaient pas aussi les moyens d'empêcher la planète terre de courir à sa perte.

                 

Antioche est une île imaginaire de l’archipel des Chirons sur la côte atlantique, qui est reliée à une autre île par un passage submergé à marée haute. Les deux habitants de l'île ont peu de contacts avec l'extérieur.

Y vivent Alec dessinateur et narrateur de cette histoire, Ève une écrivaine qui n'a connu qu'un seul succès et est venue rechercher la quiétude sur l'île et a vu d'un mauvais œil la présence d'Alec. Reste Agamemnon, curieux nom pour un simple passeur.

                   

La vie aurait pu longtemps continuer ainsi mais un jour l'île n'a plus aucune communication, coupée d'avec le reste du monde. Alec pense à une bombe nucléaire que les terriens en conflit auraient pu lâcher. Il se décide à en parler à Ève qui partage son point de vue.
Mais en fait, il s'agit d'autre chose, étrange et difficile à accepter et Alec ne cache pas ses craintes quant aux suites possibles. 

Grâce à son ami Moro, proche du Président des États-Unis, il sait comment ça s'est passé, tout ce qu'on doit à ce peuple venu d'ailleurs, qui se réclame de la Grèce antique. Ils ont pu éviter un terrible désastre parce qu'ils sont détenteurs d'un savoir médical plus avancé que le nôtre.

Amin Maalouf utilise  avec bonheur la fiction et la parabole pour développer ses thèmes favoris qu'il avait déjà abordé dans des ouvrages précédents comme Les identités meurtrières et Le naufrage des civilisations.

À l’occasion de la journée du livre politique, Amin Maalouf déclarait récemment : « Tout cela (les incertitudes actuelles) provoque forcément une grande inquiétude. Mais cela suscite aussi, et il est permis de s’en réjouir, une formidable stimulation intellectuelle. Des écrivains et des chercheurs de toutes disciplines se penchent sur nos cités, nos campagnes, nos hôpitaux, nos écoles, pour observer, comparer, rendre compte, et suggérer des solutions. »

C'est ainsi que dans son esprit l'espoir renaît. Il trouve que « cette aspiration à la lucidité est réconfortante  » et cette éulation de la pensée un gage d'avenir.

Voir aussi sur Amin Maalouf
Document utilisé pour la rédaction de l’article * Nos frères inattendus --Amin Maalouf, Le naufrage des civilisations --
Document utilisé pour la rédaction de l’article * Monde et civilisations --

----------------------------------------------------
 << Christian Broussas  Maalouf 3 © CJB  ° 15/10/ 2020  >>
----------------------------------------------------