Foujita au musée Maillol

2018 devrait être riche en événements dédiés au peintre Foujita, à l'occasion du 50e anniversaire de sa mort et de l'Année du Japon en France.

     

C’est au musée Maillol qu’il revient d’organiser cette manifestation de celui qu’on appelait « le dandy des années Folles », plus de 100 tableaux et aquarelles pour dévoiler l'art de Foujita à Paris, centrée sur les années 20. Elle revient sur son activité à Montparnasse de  1913 à 1931 pour se frotter aux grands courants artistiques qui ont travers cette époque, que ce soit le cubisme, le dadaïsme ou l’expressionisme.

         
                                       Léonard Tsuguharu Foujita, "l'homme aux chats"

L’exposition retrace l’histoire d’un destin unique, celui d’un artiste marqué aussi par la culture du Japon, son pays d’origine, que de la culture occidentale. Personnage singulier s’il en est, il évoluera comme un poisson dans l’eau dans cette France des « années folles » qui veut exorciser les années noires de la guerre.

       
       Avec Jean Cocteau                             Avec Pablo Picasso

Il accomplira ce tour de force de traverser les grands courants de son époque en conservant son propre style, même si par simplification on l’a intégré à ce qu’on a appelé « l’École de Paris ». Ses thèmes resteront simples, presque toujours les mêmes, tournant autour de l’autoportrait et des portraits de femmes et d’enfants, des chats et des natures mortes. Les chats et son styles aérien dominé par un contraste de blanc et de noir rehaussés de teintes marron.

         

L’exposition repose sur une centaine d’œuvres provenant de quelque 45 collections privées du Japon, des États-Unis et d’Europe, qui illustrent le génie créateur de Foujita. Les deux diptyques monumentaux, Combats I et II et Compositions au lion et au chien de 1928. Ces œuvres si représentatives des Années Folles montrent sa puissance virtuose et l’influence qui a été la sienne.

     
 Le salon de Montparnasse (détail)                                La luxure

Foujita considérait ces grands formats comme ses tableaux les plus aboutis. Son trait d’une parfaite  sûreté et ses lignes d’une grande finesse révèlent le dessinateur, le croqueur de formes à la virtuosité désinvolte tellement elle paraît naturelle. Il utilise en particulier le sumi, l’encre noire japonaise et le papier pour ses huiles, la couleur vient ensuite, que ce soit la gouache ou l’aquarelle, pour sublimer l’ensemble.

               
        Le couple                                          Foujita dans son atelier

Deux lieux étaient particulièrement chers à Foujita : la chapelle Notre-Dame-de-la-paix qu’il a conçue et décorée rue du Champs-de-Mars à Reims, et sa maison-atelier de la vallée de Chevreuse, à Villiers-le-Bâcle dans l'Essonne.

     
Intérieur de la chapelle de Reims             Son atelier dans l’Essonne

Nul doute que l'exposition de Reims où repose Fujita sera un des sommets de cette "année du Japon" au moment où une donation colossale de 663 de ses œuvres vient d'être faite à la ville qui va lui consacrer une salle entière de son nouveau musée des Beaux-Arts


L'arrivée des occidentaux au Japon

* Voir aussi ma catégorie Arts plastiques --

<< Christian Broussas – Foujita - 30/03/2018 <><> © • cjb • © >>