Picasso & Giacometti, l'exposition au Musée Picasso Paris

  Affiche de l'exposition

Dialogue entre Pablo Picasso (1881-1973) et Alberto Giacometti (1901-1966)

« Il a toujours été important pour Picasso de découvrir qu'il cessait d'être seul, et Giacometti a catalysé (…) un certain nombre d'idées plastiques qu'il avait pour partie puisées chez Picasso. » Pierre Daix 

Autoportraits : Picasso fin 1901, Giacometti 1921

Idée intéressante du Musée Picasso de Paris : proposer un parallèle entre les deux grands artistes que furent Pablo Picasso et Alberto Giacometti à travers une exposition très originale prévue d’octobre 2016 à février 2017. C’est par la confrontation de leurs œuvres et d’archives personnelles que le Musée Picasso présente ces deux artistes dans cette très belle exposition thématique.

« L'exposition est née de mes premières recherches à la Fondation Giacometti quand j'ai plongé dans les archives et que j'ai découvert l'importance qu'y avait Picasso », confie Catherine Grenier, directrice de la fondation et commissaire de l'exposition. « On y trouvait très fréquemment "voir Picasso", ou des copies d'œuvres de Picasso. Je me suis dit qu'il devait y avoir une relation entre les deux artistes mais je ne la connaissais pas. Je suis allée voir les biographes de Picasso, Pierre Daix parlait de cette relation, la disant très proche, mais sans plus développer » poursuit-elle.


Picasso, "Grand nu au fauteuil rouge", 1929 & Giacometti, "Femme égorgée", 1933

L'exposition s’appuie d’abord sur les collections du Musée national Picasso-Paris et de la Fondation Alberto et Annette Giacometti, pour confronter plus de deux cents œuvres de ces deux artistes, depuis leur découverte d’autres formes d’art jusqu’à leur recherche de l'abstraction, ou l’impact de la guerre sur leur travail.

L'exposition Picasso-Giacometti met en lumière les relations iconographiques qu'ils ont entretenues et leur démarche si différente qui peut même paraître antinomique. Si Picasso l’Espagnol né en 1881 aimait représenter les formes rondes et charnues, Giacometti, l’Italo-suisse né en 1901, reprit inlassablement les mêmes thèmes avec des formes creuses et chétives, totalement décharnée.

Un très beau catalogue a été publié par le Musée Picasso et les éditions Flammarion, rassemblant des textes inédits d’historiens de l’art et une anthologie de textes historiques sur les deux artistes.

Cette rencontre entre les deux artistes avait déjà été présentée en 2012 au Musée Picasso de Malaga qui montrait certaines convergences comme le fait qu’ils furent tous deux  fils de peintres, qui sont venus s’installer à Paris, subjugués par son aura, s’adonnant tant à la sculpture qu’à la peinture.

Très tôt, ils abandonnent l’art figuratif  pour aller vers un style plus épuré, plus abstrait que Picasso crée de toute pièce et que Giacometti s’approprie pour élaborer son propre style.

    
Picasso, "Trois figures sous un arbre", 1907-1908 & Giacometti, "Femme cuillère", 1927
Picasso, Femme lançant une pierre (1931) & Giacometti (1930-31) Boule suspendue

Dans les salles l’exposition, on retrouve ainsi la Chèvre (1950) de Pablo Picasso à côté du Chien d'Alberto Giacometti, mais aussi la femme lançant une pierre de Pablo Picasso dialoguant avec La Femme égorgée d'Alberto Giacometti et Paul en Arlequin (1924) dans la même salle que Femme assise au fauteuil rouge(1932) de Giacometti… ou Femme qui marche (1932), Cube (1933-1934) et Homme qui marche (1960) du même artiste.

Dialogue entre deux maîtres

C’est d’abord grâce à un prêt exceptionnel de la Fondation Giacometti que cette exposition a pu se dérouler dans ces conditions au rez-de-chaussée et au premier étage de l’hôtel Salé, avec également quelques prêts de collections françaises et étrangères.

Un travail complémentaire de recherche, mené en commun dans les fonds d’archives du Musée Picasso et de la Fondation Giacometti, a permis de révéler des documents inédits, esquisses, carnets et autres annotations. Ils donnent quelques éclairages nouveaux sur les relations entre les deux artistes, relations assez amicales sur le plan personnel, malgré leur différence d’âge, mais plus distendues sur le plan artistique.

    
La chèvre de Picasso et le chien de Giacometti

Leur tempérament assez différent aurait pu les opposer mais outre leur liberté d’expression, leur mentalité d’artistes ouverts, ils partageaient une grande attirance pour l’amour et la mort comme pour le désir d’aller vers d’autres formes de représentation.

De leur rencontre au début des années 1930 à leurs échanges dans l’après-guerre autour du thème du néo réalisme, ils ont largement évoqué les interrogations et les méandres de la création. L’exposition prouve en tout cas que les convergences formelles et thématiques sont intéressantes, surtout sur la période surréaliste. Même si leur évolution esthétique est très différente, c’est leur rapport à l’art et au réel qui finalement les rapproche.

L’exposition, structurée en huit parties, est organisée à partir d’un parcours chronologique et thématique dans les différents domaines de leur production artistique, aussi bien en peinture, qu’en sculpture ou en dessin. La chronologie va de leurs œuvres de jeunesse jusqu’à leurs créations les plus modernes, pointant sur l’influence des arts non occidentaux, du mouvement surréaliste ou du néo réalisme de l’après-guerre.


Picasso, "Paul en Arlequin", 1924 & Giacometti, "Homme qui marche II"
-----------------------------------------------------------------------------------

Arts exotiques et cubisme

Alberto Giacometti arrive à Paris en 1922 pour étudier la sculpture avec Antoine Bourdelle. Il délaisse alors la représentation classique du portrait de sa sœur (Tête d'Ottilia, 1925) pour graver des traits dans un bloc (Flora Mayo, 1926) et crée des "ensembles cubistes" par assemblage de blocs. Il dessine des sculptures océaniennes insérées dans ses propres sculptures ("Femme cuillère", 1927), image des cuillères anthropomorphes africaines. Picasso avait déjà réalisé ses "Trois figures sous un arbre" (1907-1908) aux formes évoquant sculptures et masques africains.
 
Les deux artistes feront connaissance en 1931 et l’année suivante, Picasso est le premier visiteur de la première exposition de Giacometti à la galerie Pierre Colle.


Picasso, "Mandoline et clarinette", 1913 & Giacometti, "Composition dite cubiste II", vers 1927

Voir aussi
* Mes fiches sur Les Arts plastiques --

Sur Picasso, voir mes articles :
* Picasso et les femmes -- Picasso et la sculpture --

<<<<  Christian Broussas – Picasso 2 - 14/11/2016 < • © cjb © • >>>