Heure d'exactitude ; Histoire, mémoire, témoignage est un essai d'Annette Wieviorka réalisé à partir d'une interview de Séverine Nikel [1] paru chez Albin Michel en 2011.

Heure d'exactitude ; Histoire, mémoire, témoignage
 
Annette Wiewiorka

Editeur : ALBIN MICHEL
Collection : itinéraires du savoir
Date : 12 octobre 2011
Isbn : 2226208941

**************************

Sommaire

1- Présentation

Annette Wieviorka, spécialiste de la mémoire de la Shoah depuis la publication de sa thèse, Déportation et génocide en 1992, a participé ensuite à la Mission d'étude sur la spoliation des Juifs de France et au soixantième anniversaire de l’ouverture des camps d’Auschwitz. Dans ce livre, elle tente une synthèse de la mémoire de la Shoah et ses évolutions marquantes et s'efforce de répondre au pourquoi du succès actuel de cette question, les malentendus qu'il implique, le sens du devoir de mémoire et de ce qu'est un témoin et s'intéresse à la portée de cette notion. [2]


     Annette Wiewiorka

Elle note les progrès réalisés dans la diffusion de cette notion, du travail de mémoire accompli depuis les débuts où il n'y avait guère que « Les cadres sociaux de la mémoire de Halbwachs ou l’entretien de Pierre Nora avec J.-B. Pontalis, paru dans la Nouvelle revue de psychanalyse. » Il s'est produit une conjonction entre la volonté des porteurs de mémoire d'apporter leur témoignage et des historiens. La mémoire de la Shoa est devenue un des socles de l’unification européenne, non sans répercussions sur la reconstruction historique, les témoignages et leurs enjeux. [3]

Pour elle, ce qu'on appelle "la mémoire" est alors un sujet neuf et il fut impératif de bien définir ce qu'on mettait derrière des termes "mémoire" ou "mémoire collective", [4] leur mode de fonctionnement et de quels instruments disposent les historiens, en particulier concernant les témoignages. Tout au long des entretiens avec Séverine Nikel, elle va préciser la façon dont elle intervient à partir des éléments de sa méthode : le travail avec des témoins vivants, le rôle de l'historien sur un point aussi crucial que l'extermination, l'appréciation de la fiabilité des témoins et de leur lieu de mémoire. Pour cela, elle se réfère aussi à de grands historiens de cette époque comme Saul Friedländer ou Christopher Browning.

Jean-Pierre Rioux y voit déjà une réponse aux questionnements qui sont la base de l'ouvrage sur la transmission, guidé par la conscience qu'ils auront à vivre à l’ « heure d’exactitude » qui succèdera avec le temps à « l’ère du témoin ». [5] C'est ce constat qui impose aux historiens de poser des règles précises pour donner une représentation des faits la plus claire possible et toujours les replacer dans le contexte de l'époque.

2- Commentaires

« Une réflexion riche sur la question du témoignage... » -La Croix, janvier 2011-

« Annette Wieviorka répond avec beaucoup de clarté, d'honnêteté et d'exactitude aux questions de Séverine Nikel. Une belle leçon d'histoire. » -Le nouvel observateur, janvier 2011-

Informations complémentaires

Bibliographie

  • Annette Wieviorka, "Déportation et génocide", 1992 et "Ère du témoin", 1998
  • Sur Auschwitz : "Auschwitz expliqué à ma fille", Éditions du Seuil, Paris, 1999, ISBN 2020366991, "Déportation et génocide. Entre la mémoire et l'oubli, Hachette, "Pluriel" », 2003, "Auschwitz, la mémoire d'un lieu", Hachette, "Pluriel", 2005, ISBN 2012793029, "Auschwitz, 60 ans après", Robert Laffont, 2005, ISBN 2221102983

Voir aussi : Site de la fondation Shoa

Liens externes : Une historienne dans la cité

Notes et références

  1. Séverine Nikel est rédactrice en chef - responsable des collections - de la revue L’Histoire.
  2. Voir l'article de Bruno Frapa "De la mémoire à l’histoire" dans La Croix du 16/11/2011
  3. Voir Entretien avec Annette Wieviorka sur le site nonfiction.fr du 24/11/2011
  4. Cf L'émission Mémoires Vives avec interview audio
  5. Jean-Pierre Rioux, Maison de l'histoire de France, 22 novembre 2011
  • < < < < < L'Heure d'exactitude, Annette Wieviorka  <<<  © cjb © • >>> > > > > > > >